Retour d'expérience sur Docker en contexte pédagogique

whale

J’ai beaucoup parlé de Docker dans ce blog.

Je m’en sers presque tous les jours pour tester des environnements que je ne veux pas installer pour ne pas pourrir ma machine.

J’en ai souvent vanté les mérites mais j’ai aussi été assez frileux pour une réelle mise en production.

Finalement j’ai sauté le pas il y a plus de 6 mois et le retour est assez positif côté utilisateurs et côté administrateur.

 

Je me sers de Docker pour fournir des environnements de développement pour des TPs de programmation.

Le premier cas a été un projet de Python/Flask et le deuxième pour du LAMP.

Avec de la virtualisation classique, j’aurais difficilement pu fournir une VM par étudiant.

Avec Docker, je peux fournir un container par étudiant et le laisser libre dessus (pas en root).

 

Le gros avantage de Docker, c’est de pouvoir préparer une image (ou plutôt une arborescence d’images) dans son coin et de la déployer en autant d’instance qu’on veut au besoin. C’est une vraie réponse aux problématiques cloud de type PaaS : Fournir des environnements n’importe quand, dont la durée de vie est variable mais limitée.

Ça ne permet pas de tout faire, et l’image peut vite devenir grosse si on ajoute tous les outils nécessaires mais ça reste plus léger et performant qu’une VM.

 

Je détaillerais mon architecture dans un prochain article.

 

Et vous, est-ce que vous utilisez Docker en production ?

Est-ce que ça vous limite ou ça vous facilite la vie ?

 

 

Sur le même sujet :