Orchestration des containers Docker avec fig

J’ai déjà pas mal parlé de Docker dans ce blog et si vous avez déjà travaillé avec, vous savez sûrement qu’il manque à Docker un outil d’orchestration pour manipuler les containers massivement et automatiquement. Fig, un projet annexe à Docker répondait à ce problème. Fig a été racheté par Docker.com pour l’intégrer directement dans le projet Docker.   C’est quoi ?   C’est un orchestrateur pour Docker, en gros, un fichier Yaml qui dit : »

Les premiers playbooks Ansible

Si vous suivez mon blog, vous savez pourquoi Ansible, c’est bien, comment l’installer et le tester. Maintenant on va passer aux choses sérieuses : Utiliser les playbooks.   Playbooks ???   Les playbooks sont des scénarii dans lesquels sont décrits des actions que les « agents » doivent réaliser. Ces playbooks sont écrits en YAML, donc ils sont très lisibles.   Réparer Shellshock   Sur le « serveur » Ansible créer un fichier /etc/ansible/playbooks/shellshock-patch. »

Ca y est, c'est Ansible qui fait le boulot

C’est fait, mes serveurs sont administrés avec Ansible. Pour ceux qui ne le connaisse pas, Ansible est un outil d’automatisation de serveurs. Logiciel libre, écrit en Python, à destination des serveurs sous Unix/Linux et maintenant également sous Windows. Ansible est très bien documenté. Ça sert typiquement quand on veut éviter de mettre à jour bash tous les 3 jours sur 50 serveurs d’O.S. variés ! – 1ère faille dans Bash : « Arghhhh, il faut remettre à jour tous les serveurs » (1 journée de travail de cheval de trait) »

Ah si j'avais eu Ansible

Comme certains d’entre vous, j’ai passé une partie de mon jeudi à mettre à jour des bash dans mes différents Linux (et je vous passe les BSD, HP-UX et autres joyeusetés). Sur les matériels réseau, j’avais déjà parlé d’expect, une librairie Python qui permet d’administrer en masse. En administration système, Ansible est tout à fait adapté. Bien configuré, on peut faire ça, juste en appuyant sur entrée. Vous aussi, armez vous pour la prochaine fois (d’autant qu’en ce moment, ça y va les grosses failles). »