Créer un modèle de container LXC/Proxmox

Je vous ai parlé l’autre jour des containers LXC sous Proxmox. Il est très simple de lancer un container de base ou de chez TurnkeyLinux. Par contre Proxmox ne permet pas de créer un modèle de container, il va falloir un peu user de la ligne de commande, mais c’est assez simple.   Dans cet exemple, je pars de l’image Centos 7 de base (vous devez au préalable l’avoir téléchargé) et j’en fais une image Apache/PHP que je pourrais utiliser de multiples fois. »

Une architecture Docker en production

Comme promis, je vous détaille l’architecture que j’ai utilisé pour fournir des containers dans un contexte de TP PHP/MySQL pour des étudiants :   Chaque groupe de travail/étudiant a son container LAMP. En frontend, un reverse proxy Nginx centralise les connexions HTTP(s). En backend, un serveur de base de données MariaDB offre une base par groupe/étudiant.     Les Dockerfiles DB : Je lance juste un container MariaDB et je crée ensuite les BDD à la main via docker exec : »

Adminer ou PHPMyAdmin

database2 par Tim Morgan   Pendant des années, j’ai utilisé PHPMyAdmin. Non pas que je sois un moustachu du SQL, loin de là. Mais il fut une époque où tous les projets Web utilisaient de concert PHP et MySQL. D’ailleurs tous les logiciels s’appelaient PHPMyMachin. Sans trop se poser de question, on installait PHPMyAdmin pour administrer les bases. De toutes façons, il était est fourni de base chez Free, OVH, 1and1, … »

Comment faire taire Apache ou Nginx ?

Quand un serveur est en écoute sur un port, il donne certaines informations au client. Ces informations, l’utilisateur ne les voit pas mais le logiciel si. Ainsi, si vous visitez un site Web avec NetCat ou Telnet, vous en savez plus sur le serveur d’en face : nc monserveur 80 get / ... Server: nginx/1.6.2 (Ubuntu) ... nginx/1.6.2 (Ubuntu) ...   A partir de là, un attaquant peut fouiller sur Internet pour voir les failles de sécurité connues de cette version de serveur. »

WP2Pluxml et son Dockerfile

WP2Pluxml est un script de conversion de WordPress vers pluxml (merci @nicosomb). Ce script ne fonctionne plus avec les versions récentes de Apache, Php, Mysql. Du coup, j’ai fait une image Docker pour avoir un wp2pluxml qui marche, basé sur Debian Squeeze. Les liens : Mon repo avec le Dockerfile et les instructions Mon repo sur le Docker Hub wp2pluxml, le script d’origine.   Usage   »

Moteur de blog en fichiers plats

Je suis convaincu que WordPress n’est plus la solution adaptée pour mon blog. WordPress est trop compliqué pour un non développeur/designer Web. WordPress et ses plugins sont bourrés de failles de sécurité – cible privilégiée puisque c’est le plus répandu des CMS. WordPress utilise une base de données et à y réfléchir, les blogs n’en n’ont pas besoin, des fichiers plats suffisent.   Comme au temps glorieux des pages perso de free et Wanadoo, je vais revenir aux fichiers plats … mais avec Markdown. »

Vos logs centralisés dans une page Web

J’ai enfin trouvé une interface Web pour l’affichage des logs. Echofish est un logiciel libre en PHP/MySQL qui fait très bien le boulot. Facile à installer configurer contrairement aux autres solutions que j’ai testé (loganalyzer, ELK qui est lourd et compliqué, …). Le principe : Les logs des serveurs à surveiller sont centralisés par RSyslog. Sur le serveur de logs, logrotate gère la rotation et l’archivage des logs. »

Owncloud 7 et son Dockerfile

Owncloud a été mis à jour. Pour les dernières mises à jour c’est ici pour le Dockerfile et ici pour l’image Docker.     Je suis Owncloud depuis ses débuts. Mon calendrier, mes contacts et quelques fichiers sont dessus depuis un moment et j’en suis assez content. Ce n’est pas la solution parfaite et j’ai déjà regardé la concurrence (notamment Pydio) mais ça reste le gros projet libre du domaine. »

Humhub, réseau social libre et son Dockerfile

Je dois avouer que je ne suis pas fan de ce qu’on appelle couramment réseaux sociaux (ces plateformes d’espionnage centralisé). Je n’aime pas le principe de déclarer au monde entier que ce midi, qu’il y avait frites à la cantoche et que ça va bien, merci ! Je ne cours pas non plus après les dernières nouvelles qui ne sont déjà plus fraîches tellement elles ont été re-re-re-re-re-gazouillées. »

Des CMS et blogs en fichiers plats

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans 30 ans ne peuvent pas connaître. Le temps des pages perso wanadoo. On écrivait des pages en HTML (que l’on avait laborieusement étudié avant), on les envoyait en FTP et on admirait le résultat. Le tout était on ne peut plus statique et profondément ancré dans le web 1.0.   Puis vinrent les hébergements gratuits en PHP/MySQL, qui ont ouvert les portes aux premiers CMS (vous vous souvenez de PHPNuke ? »