Codiad : IDE Web et plus si affinités

sourcecode closeup by citecbielefeld Codiad est un IDE pas comme les autres. C’est un IDE web, donc accessible à tout navigateur respectueux des standards. Il est (évidemment) libre sous licence MIT. Codiad va même plus loin qu’un éditeur en ligne comme Vim.js par exemple, car il permet vraiment de gérer des projets avec pourquoi pas du git, du ssh, etc. D’ailleurs, il y a un Codiad Market sur lequel on trouve tout un tas de plugins. »

Persistance en Python : Yaml

L’autre jour je cherchais une solution de persistance adaptée à un petit projet Python. Voici quelques pistes : Hors de question d’utiliser un vrai SGBD car trop lourd. Peut-être qu’SQLite aurait pu faire l’affaire mais je n’ai pas besoin de fonctions SQL, juste de stocker des données quelque part. A part ça, Redis est pas mal mais c’est pareil, je vais utiliser 1% de ses fonctionnalités et je n’ai pas besoin d’un logiciel client serveur. »

Prettytable : Ils sont beaux mes tableaux Python

Prettytable est un module pour afficher correctement des données tabulaires dans un programme Python en console. Prettytable est présent dans pip. Un simple pip install prettytable (ou pip3 install prettytable) suffira. On lui passe simplement une liste en paramètre de add_row ou de add_col, par exemple : import prettytable x = prettytable.PrettyTable(['Nom','Prénom','Age','Profession']) x.add_row (['Groseille','Jean-Kevin','17','Etudiant']) x.add_row (['Michu','Bernard-Patrick','42','Sysadmin']) print (x) A tester dans vos IPythons   Sur le même sujet : Les slides de ma formation sur Docker Retour d’expérience sur Docker en contexte pédagogique Installation et configuration basique d’Ansible »

IPython, un interpréteur qui vous veut du bien

Le Python est un super langage car il est à la fois très simple à manipuler et très complet. IPython est un interpréteur Python amélioré, c’est l’outil idéal pour débuter et/ou pour tester ce langage. En plus de l’interpréteur standard, il permet un debug plus complet, la complétion des commandes (méthodes et attributs), l’introspection, … Il permet aussi de tester des programmes graphiques en TKinter, Qt, GTK ou wxWidgets. »

Petit éloge du Python

Sans être un spécialiste, j’ai travaillé successivement avec plusieurs langages : Le PHP, ma langue maternelle, simple et idéal pour les petits sites ou petites applications Web. Le Java, intéressant pour l’apprentissage, mais trop lourd et pas adapté au Web. Le C pour la programmation système sous Linux. Depuis peu, je me suis mis au Python ; c’est un super langage ! Parmi ses qualités : »

« Serious games » : s'amuser à réseauter ou coder

Les « serious games » ont le vent en poupe. Quoi de mieux qu’un jeu pour apprendre … A programmer en Python avec le jeu CheckIO. A monter une entreprise d’administration réseau avec Cisco Aspire (vous le trouverez aussi sur votre compte Cisco pour ceux qui passent une certification).   Sur le même sujet : Gestion des équipements Cisco avec Ansible Un coup de jeune pour Rancid : Oxidized Retour d’expérience sur Docker en contexte pédagogique »

Comparatif des outils de modélisation UML libres et gratuits

Papyrus UML  (Eclipse Public Licence – Multiplateforme) : Il s’agit ici d’une extension du projet Eclipse, pour le moment en incubation. Si vous utilisez déjà Eclipse, il a l’avantage de s’intégrer directement à votre IDE. Pour l’installer il faut télécharger le package Eclipe Modeling Tools. Une fois dans EMT, installer le plugin Papyrus en utilisant les outils de mise à jour (help > Install Modeling components > Papyrus UML). »

RoR #3 : Scaffolding avec ruby on rails

La notion d’échafaudage dans rails permet de créer un squelette de votre projet en créant automatiquement les objets que vous voulez à la mode MVC. Tous les objets créés ont par défaut une page Web qui leur permet de faire les quatres opérations CRUD (Create, Read, Update, Delete).   On commence par créer un nouveau projet : rails new projet && cd projet   On va d’abord créer une base de données. »

RoR #2 : Un Hello World en Ruby on Rails

Suite à mon installation de RoR sous Ubuntu, je suis enfin prêt à afficher un Hello World. Attention, c’est parti !   On commence par créer une nouvelle application RoR : rails new && cd && bundle install Puis on génère une page d’accueil : rails generate controllers home index   Rails créé l’arborescence de fichiers et répertoires nécessaires. Dans cette arborescence, le fichier app/views/home/index. »

RoR #1 : Installation de Ruby 1.9.3 on Rails 3.2.5 sur Ubuntu 12.04

Pour les Windowsiens (personne n’est parfait), l’installation est présentée ici. Avec le gestionnaire de package d’Ubuntu, on ne peut qu’obtenir la version 1.8 (par défaut) ou la version 1.9.1 qui ne sont plus supportées par Ruby.   Si vous avez fait comme moi une installation foireuse, il va falloir faire machine arrière comme ça : sudo apt-get –purge remove ruby-rvm sudo rm -rf /usr/share/ruby-rvm /etc/rvmrc /etc/profile. »